Jean-François Gignac au développement des affaires de NETsatori

Roulez tambours, sonnez trompettes, c’est avec beaucoup d’enthousiasme que NETsatori accueille cette semaine dans son équipe Jean-François Gignac qui a été nommé Vice-président, Ventes et développement des affaires.

Jean-François Gignac est bien connu à Montréal dans le monde la sécurité où il œuvre depuis une dizaine d’années. Bell Canada, Fortinet, Websense, Sourcefire, Cisco, Claroty et, plus récemment Armis, son itinéraire de carrière lui a permis d’acquérir une bonne expérience des différentes facettes de l’industrie de la cybersécurité, y compris des objets connectés qui doivent, selon lui, être plus que jamais englobés dans la stratégie de sécurité de l’entreprise. « En effet, explique Jean-François, c’est un facteur de risque que l’on est capable aujourd’hui de prendre en charge. Et les entreprises qui ne le font pas, par manque de ségrégation, de connaissance ou de politiques et de règles, se retrouvent, hélas, tous les jours dans les médias. »

Dans la continuité des rôles qu’il a joués dans le passé, où il a alterné vente et conseil, Jean-François se reconnaît très bien dans la philosophie de NETsatori où « la vérité est toujours bonne à dire », où la relation de confiance à long terme avec les clients se bâtit sur la compétence et la sincérité. « Il faut être honnête, dit-il, cela fait dix ans que beaucoup d’entreprises transfèrent des données dans le cloud, sans vraiment savoir ce qu’y s’y retrouve, ni si c’est vraiment nécessaire et qui va y avoir accès, ou pire, de quelle façon ces informations sont sécurisées par le fournisseur. Or, nous avons la capacité aujourd’hui de gérer de manière sécuritaire des infrastructures complètes dans Cloud, cela veut donc aussi dire le MultiCloud et le SecureCould qui vont devenir la normalité. Le défi pour une entreprise comme NETsatori est de ne pas être perçu comme un boulet, mais plutôt comme le conseiller stratégique, le trusted advisor. C’est la position qu’il faut aller chercher pour être en mesure de devenir l’allié de nos clients, et non pas un autre fournisseur de sécurité qui vend par la peur, par la crainte de tout perdre. En fait, la sécurité, lorsqu’elle est mise au service de la corporation, doit être un accompagnateur, dès le départ de l’entreprise. »

Passionné par le concept du hérisson (le « Hedgehog » développé en 2001 par Jim Collins dans son best-seller Good to great), Jean-François pense que cela s’applique très bien à NETsatori. Pour mémoire, l’histoire du hérisson et du renard est inspirée par une parabole de la Grèce antique dans laquelle un renard, qui sait beaucoup de choses, se réveille chaque matin avec des idées plus originales les unes que les autres pour piéger le hérisson. Mais ces tentatives, qui vont dans tous les sens, restent sans succès, car le hérisson est concentré sur un point important : utiliser de manière optimale sa technique de défense. Pour paraphraser Jim Collins. « Le renard sait beaucoup de choses, mais le hérisson sait une chose importante ». Utilisé en entreprise, le concept du hérisson nous amène à définir la stratégie gagnante au croisement de trois cercles : 1) ce qui nous passionne; 2) ce pour quoi nous sommes les meilleurs; et 3) ce qui génère des revenus. Dans cet esprit, Jean-François Gignac pense que NETsatori « a les bonnes personnes à bord pour aller n’importe où. Il faut maintenant choisir notre destination en s’assurant d’avoir les meilleures solutions avec la capacité de le faire d’une façon soutenable, organiquement, sans briser la compagnie d’une façon négative. Il faut que l’entreprise en entier soit orientée dans la même direction. »

Même si le marché est très grand, Jean-François ne s’avance pas sur la croissance qu’il compte apporter à NETsatori car, dit-il, il faut respecter les valeurs de l’entreprise et s’aligner sur la vision de Jean-François Vaillancourt qui place, toujours, la satisfaction des clients au cœur de ses décisions. À suivre donc…

Partager:
Retour vers toutes les nouvelles

Laisser un commentaire